Conférence de Salah Salem

Le lundi 13 mars 2017

« Le multiculturalisme: mode de cohabitation dans une société civile »

Le multiculturalisme est un concept rendant possible le dialogue qui seul permet de fonder une société civile démocratique, puisque l’absence de dialogue est le précurseur de l’affrontement antagoniste.  Face à la pensée unique dont l’incarnation est un monde en guerre contre lui-même, il existe une stratégie positive fondée sur une définition positive de l’identité, par opposition à une stratégie négative adoptée par l’individu ou l’état en situation de faiblesse, laquelle ne peut s’imposer qu’en agressant l’autre.
L’identification (ou la reconnaissance de l’identité de l’Autre) s’est souvent assimilée à la reconnaissance de l’altérité sur fonds de grands systèmes de pensée. Ce qui a été remis en question par la version française de la modernité. Cette version peut être ramenée à la déconstruction qui met fin aux grands systèmes de pensée connus: le nationalisme, la suprématie de l’homme blanc…. Selon cette version, il n’existe plus de vérité absolue.
La tendance représentée par Jünger Habermas, héritier de Kant, affirme, par contre, que la connaissance est possible, qu’il y a donc une vérité, mais de multiples approches de la vérité. Habermas soutient également que la forme extrémiste de la laïcité qui fait impasse au religieux n’a finalement abouti qu’à en faire une puissance de destruction.
Il en ressort une place privilégiée accordée à la pensée kantienne et à ses avatars. En effet, un concept tel celui de la « raison morale » est transculturel. D’autre part, cette pensée aboutit à la conciliation de l’esprit et de la foi: si l’esprit est le maître du monde, Dieu est au-delà du monde.