Consignes typographiques

Rappels :
Limiter le nombre de notes de bas de page.
• Éviter le recours aux illustrations (visuel, schéma, plan, etc.) sauf en cas de nécessité absolue. Des renvois peuvent être aussi efficaces et moins coûteux.
-L’article sera précédé d’un résumé en anglais et en français de 5 à 10 lignes dans chaque langue (Times New Roman, taille 11)
-dans un fichier séparé, indiquer jusqu’à 20 mots à répertorier dans l’index.
Titre
en Times New Roman, taille 16, en gras, aligné à gauche, suivi (en taille 12) de l’affiliation et du courriel de l’auteur, interligne simple.
La mise en page
– le corps du texte (style normal) sera en Times New Roman 12 interligne simple justifié, les notes (style note de bas de page) en Times New Roman 10, interligne simple, justifié ;
– hiérarchie des niveaux d’intertitres ; on ne dépassera pas trois niveaux à l’intérieur d’une même partie (trois niveaux d’intertitres maximum après le titre de partie) ; éviter les lignes intermédiaires dans le texte, préférer des intertitres :
Niveau 1 en gras, taille 14 Niveau 2 en gras, taille 12 Niveau 3 en italique, taille 12
Ne pas utiliser de numérotation.
-Les titres de livres, revues, journaux, œuvres littéraires, etc., sont cités en italiques.
-Les noms d’institutions étrangères ne doivent pas être en italiques.
-Accentuez les majuscules. Exemples : Étant donné, Âgé de vingt ans, l’Île au trésor.
-Seul le premier mot du développé d’un sigle prend la majuscule (Organisation mondiale de la santé).
-Le trait d’union sépare deux parties de mot. Les tirets demi-cadratins sont plus longs et ont la même fonction que les parenthèses. La ponctuation peut remplacer le tiret final. Exemple : Il préféra ignorer ce qui s’était dit – ce qui n’était qu’un pis-aller – et s’en fut. Elle ne sous-entendait rien – elle en était incapable ; elle racontait.
-Les énumérations non achevées terminent par « etc. », et non par « … ». Trois points successifs terminent une phrase inachevée. Exemple : Les pays d’Europe centrale et orientale (Hongrie, Bulgarie, etc.).
– les notes seront présentées en bas de page en chiffres arabes, numérotation automatique continue ; les appels de note en exposant avant les signes de ponctuation, mais après des guillemets fermants.
– les italiques seront utilisés pour faire ressortir des mots ou des groupes de mots dans le texte (ne pas utiliser le soulignement, le gras ou les capitales, les bordures) ; ils sont également utilisés pour les titres d’ouvrages, de revues ainsi que pour les abréviations et locutions latines et les mots étrangers ;
Consignes typographiques générales
– guillemets français : chevrons ouvrants + espace insécable (« ) ; espace insécable + chevrons ( ») fermants ;
– espace insécable avant les ponctuations doubles ( ? ; : !) et espace simple après ;
Citations
Les citations courtes s’écrivent en romain, dans le corps du texte, entre guillemets ; elles
ne sont pas composées en italiques, même lorsqu’elles sont en langue étrangère.
Les citations longues seront présentées en paragraphe indépendant, sans guillemets, sans saut de ligne ni avant ni après, en Times New Roman, taille 11, avec un retrait de paragraphe de 0,5 cm.
Par exemple :
Mon éditeur me dit que les citations courtes « doivent être dans le corps du texte ». Mon éditeur me dit souvent :
Les citations longues seront présentées dans des paragraphes indépendants, sans guillemets, dans un corps de caractère ou une mise en page qui peuvent être différente. L’œil exercé du lecteur perçoit immédiatement la différence entre texte cité et texte de l’auteur.
Les passages omis des citations sont indiqués par trois points de suspension entre crochets.
Exemple : « Je suis jeune, il est vrai, mais […] la valeur n’attend pas le nombre des années ».
Exemples
Les exemples seront numérotés manuellement, en TNR taille 12, retrait de 1 cm. (1) Ceci est un exemple de linguistique.
(2) Ceci est le deuxième exemple de linguistique.
Illustrations
– les tableaux et figures (imprimés en noir et blanc seront exécutés de préférence en niveaux de gris) seront incorporés au texte et numérotés séparément par un chiffre arabe. Des légendes explicites les accompagnent, composées en Times New Roman 10 justifiées (Tableau 1., Tableau 2., etc. ou Figure 1., Figure 2., etc., accompagnés de leur légende ;
Références bibliographiques :
– dans le texte, la référence à des auteurs aura l’une des formes suivantes, selon le contexte :
– uniquement l’année entre parenthèses : Selon Kleiber (1997), ….
– l’année et la page, entre parenthèses : Selon Kleiber (2001 : 187), ….
– le nom de l’auteur et l’année entre parenthèses : (Kleiber, 1997)
– le nom de l’auteur, l’année et la page entre parenthèses : (Kleiber, 2001 : 187)
– éviter l’utilisation de idem, ibidem et passim ; expliciter à chaque fois l’auteur et l’année de référence
– la liste finale comprendra uniquement les auteurs mentionnés dans l’article.
Exemples de présentation : – ouvrages :
Culioli, A., 1999, Pour une linguistique de l’énonciation. Domaine notionnel, Tome 3, Gap-Paris : Ophrys.
– ouvrages à deux ou plusieurs auteurs ou directeurs scientifiques :
David, J., Kleiber, G. (éd.), 1989, Termes massifs et termes comptables, Paris: Klincksieck.
– articles publiés dans des revues :
Beauseroy, D., 2010, « Noms abstraits intensifs et modification adjectivale », Syntaxe & Sémantique, 11, 9-34.
– articles à deux ou plusieurs auteurs :
Novakova, I., Tutin, A., 2009, « Les émotions sont-elles comptables ? », in Novakova, I., Tutin, A. (éd.), Le lexique des émotions, Grenoble : Ellug, 65-79.
Pour deux ou plusieurs ouvrages ou articles d’un même auteur, mentionner à chaque fois les références complètes, comprenant le nom de l’auteur.
Date de la remise des recherches
Date limite de la remise des recherches le 28 février 2019